Banniere1
Alliés
Puissances Centrales Pays neutres Nouveaux États Conséquences de la guerre
Médailles de table

 

 

ArmesFrance

 

ArmesFrance1

 

 

 

 

France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Médaille de Verdun - 1

 

 

 

 

 

 

 

Parce qu'elle est attachée à la bataille la plus emblématique de la Première Guerre mondiale, au moins du côté français, cette médaille va être plébiscitée par les Anciens Combattants au point d'être considérée comme une médaille "semi-officielle" à l'image de celle de Liège en Belgique.

Il faut rappeler qu'entre février et décembre 1916, les forces françaises et allemandes vont s'affronter dans un déluge de feu: rien qu'entre le 21 février et le 15 juin, 1ère phase de la bataille (la plus meurtrière), la seule artillerie française va tirer 13 100 000 obus de tous calibres.

Les objectifs prétendument attribués au général von Falkenhayn ("saigner à blanc" l'armée française) vont être néanmoins largement dépassés puisque ce sont les deux adversaires qui sortent exangues de cet affrontement: en tout plus de 600 000 hommes tués, disparus ou blessés. Pour la seule armée française, les chiffres révèlent l'importance de l'effort et de l'ampleur du sacrifice fournis:

- grâce au système de roulement mis en place à partir de la "Voie Sacrée", c'est pratiquement les 2/3 de l'armée française qui vont connaître "l'enfer de Verdun".

- la moyenne quotidienne des pertes françaises (tués ou blessés) est de 1200 hommes, soit presque l'effectif d'un régiment tous les deux jours.

Pour en savoir plus, une bonne synthèse sur la bataille de Verdun avec des liens intéressants...

Verdun, c'est enfin la célèbre expression "on ne passe pas", symbole de la résistance de tout un pays qui rejaillit sur la ville elle même: après la guerre, elle devient la plus décorée de France, les témoignages d'admiration affluant du monde entier...

Liste des décorations et médailles obtenues par la ville de Verdun

Dès septembre 1916, la ville de Verdun était décorée de la Légion d’Honneur par le Président de la République en personne (cérémonie dans la citadelle souterraine). Entre 1916 et 1926 s'ajouteront les distinctions suivantes...

 

Pologne:

Croix des Vaillants

États-Unis:

Médaille Commémorative en or

Annam:

Ordre du Kim Khan

Tchécoslovaquie:

Croix de Guerre

Luxembourg:

Ordre de la Couronne de Chêne

Luxembourg:

Médaille des Volontaires

Cambodge:

Médaille d'or de l'Ordre Royal

Maroc:

Médaille du Mérite Militaire Chérifien

Tunisie:

Ordre du Nichan Iftikar

Lettonie:

Croix du Lacplesis

Laos:

Ordre du Million d'Éléphants et du Parasol Blanc

Monaco :

Croix de Saint-Charles

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

France:

Croix de Guerre avec 2 palmes

Grande-Bretagne:

Military Cross

Russie:

Croix de Saint-Georges

Italie:

Médaille d'or de la Valeur Militaire

Belgique:

Croix de Léopold Ier

Serbie:

Médaille d'or de la Bravoure Militaire

Monténégro:

Médaille d'or Obilitch

Portugal:

Ordre de la Tour et de l'Épée

Japon:

Sabre d'Honneur

Chine:

Sabre aux 9 Lions

Estonie:

Croix de la Liberté de Ière classe

Grèce:

Croix de Guerre de Ière classe

Roumanie:

Médaille de la Vertu Militaire

OvaleVerdun1

 

 

 

Lignedecorative

 

 

 

La médaille:

Elle est créée en novembre 1916, officiellement par le Conseil Municipal de la ville de Verdun mais, selon l'ouvrage de Thierry Silvert ("La Médaille de Verdun" février 2006), elle aurait pour origine une association de réfugiés de la Meuse à Paris.

Elle est accordée à tous les Anciens Combattants français ou alliés qui peuvent faire la preuve de leur service actif dans le secteur de Verdun entre le 31 juillet 1914 et le 11 novembre 1918 et qui, de ce fait, peuvent voir leur nom inscrit sur le Livre d'Or des soldats de Verdun. Cette inscription est assortie d'un n°, la numérotation étant la même pour les soldats français ou alliés (il conviendrait cependant d'en comprendre l'organisation car des interrogations subsistent...). Cette inscription peut se faire à titre posthume puisqu'elle est toujours possible aujourd'hui. La médaille est à la charge du récipiendaire, ce qui explique le choix proposé...

 

 

 

VerdunlivretPanau

 

 

 

Petit livret sur la Médaille de Verdun de René Panau, lontemps Président de la Commission du Livre d'Or.

 

 

 

Gravier4

 

 

 

La lettre d'information sur la médaille de Verdun envoyée aux anciens combattants intéressés. En haut à gauche est épinglé le récépissé du mandat de 10 frs reçu pour paiement de la médaille. Cette lettre va évoluer avec le temps et existe même en anglais.

 

 

 

La demande d'obtention de cette médaille relevait donc et relève encore d'une démarche personnelle effectuée auprès de l'association en fournissant les preuves de la validité de cette demande. Voici quelques exemples sur des imprimés spécifiques de l'entre-deux-guerres...

 

 

 

Verdundemandemedaille

 

 

 

Demandemedaille1

 

 

 

Demandemedaille2

 

 

 

La réponse de l'association...

 

 

 

Gravier1

 

Gravier3

 

 

 

Gravier2

 

 

 

 

Au dos de la lettre d'information présentée au début, le relevé manuscrit des secteurs où a combattu le demandeur, Albert Gravier.

 

 

 

Lignedecorative1

 

 

 

Cartemembre1

 

Cartemembre2

 

 

 

Carte attestant de l'appartenance à l'association des anciens combattants de Verdun (recto à gauche et verso à droite).

Ce document est intéressant à plus d'un titre. On y découvre en effet que l'association "On ne passe pas" reçoit le monopole de l'attribution de la médaille pendante (le modèle Vernier représenté sur les diplômes) en avril 1922. Sachant que le Livre d'Or est officiellement inauguré en août 1922 par André Maginot, alors ministre de la Guerre, on peut avancer l'idée que la médaille de Vernier pendante et les premiers diplômes ont sans doute été attribués à partir de cette année là (à charge pour les collectionneurs de présenter un diplôme du 1er modèle signé d'Edmond Robin). En revanche, la même médaille dans sa version sans ruban a été distribuée antérieurement à 1922 ce que confirme un cachet daté 1918 retrouvé sur un des petits prospectus...

 

 

 

Les diplômes délivrés avec la médaille

Ils peuvent être classés chronologiquement grâce à la signature du maire présente en bas à droite, à côté du sceau de la ville de Verdun:

 

 

 

Edmond Robin

(1919-1925)

Pas d'exemplaire

connu à ce jour

 

Victor Schleiter

(1925-1933)

Verdunsign1

 

René Panau

(1933-1935)

Verdunsign3

 

Gaston Thiébaut

(1935-1940)

Verdunsign4

 

 

 

Émile Cone

(mars 1941-août 1944)

Pas d'exemplaire

connu à ce jour

 

Léon Chaize

(août -septembre 1944)

Pas d'exemplaire

connu à ce jour

 

Gaston Thiébaut

(sept. 1944-avril 1947)

VerdunsignatureThiebault44

 

Paul Demouzon

(avril-octobre 1947)

Pas d'exemplaire

connu à ce jour

 

 

 

Hippolyte Thevenon

(1947-1953)

VerdunThevenon

 

François Schleiter

(1953-1965)

Verdunsign5

 

André Beauguitte

(1965-1977)

Verdunsign6

 

René Vigneron

(1977-1983)

SignatureVigneron

 

 

 

 

Jacques Barat-Dupont

(1983-1989)

Pas d'exemplaire

connu à ce jour

 

Jean-Louis Dumont

(1989-1995)

SignatureDumont

 

Arsène Lux

(1995-2014)

Verdunsign13

 

Samuel Hazard

(2014- ?)

SignatureHazard

 

 

 

Ces diplômes ont évolué avec le temps tout en conservant une base commune:

 

 

 

Diplome1

 

 

 

1er modèle (1925-1933) - type 1 (collection Ludovic Rico)

 

 

 

Diplome2

 

 

1er modèle (1925-1933) - type 2 (collection Ludovic Rico)

 

 

 

Diplome3

 

 

 

2ème modèle (1933-1935)

 

 

 

Diplome4

 

 

 

3ème modèle (1935-1940)

 

 

 

Diplome5

 

 

 

4ème modèle (septembre 1944 - ?) (collection David Worsley)

Il s'agit d'un modèle un peu particulier destiné aux libérateurs de la ville (essentiellement américains) lors de la Seconde Guerre mondiale, les conditions d'attribution de la médaille étant exceptionnellement étendues à ces opérations militaires...

 

 

 

Diplome6

 

 

 

5ème modèle - type 1 (1947-1965) mandatures d'Hippolyte Thévenon et de François Schleiter (modèle présenté) (collection Ludovic Rico)

 

 

 

Diplome7

 

 

 

5ème modèle - type 2 "André Beauguitte" (1965-1977)

 

 

 

Diplometype53

 

 

 

5ème modèle - type 3 (la police utilisée pour la phrase "est inscrit sur le "Livre d'Or des Soldats de Verdun" N°..." est différente). Signature "René Vigneron" (1977-1983)

 

 

 

DiplomeDewaele

 

 

 

6ème modèle (19? -1995). Utilisé lors de la mandature de Jean-Louis Dumont, il est une évolution du 5ème modèle - type 3 (texte) avec apparition de la couleur.

 

 

 

Diplome8

 

 

 

7ème modèle (apparu durant la mandature d'Arsène Lux)

 

 

 

Diplome8emetype

 

 

 

8ème modèle (délivré actuellement). La différence la plus marquante réside dans l'utilisation d'une photo de la médaille réellement portée pour illustrer le diplôme. (collection Calvet)

 

 

 

À côté de ces diplômes "officiels", on rencontre également un autre modèle (pour lequel il existe aussi des variantes) qui, s'il n'est pas délivré par la Commission du Livre d'Or, n'est cependant pas une "fantaisie" propre à une unité; on le rencontre en effet décerné par des unités très différentes comme le 3ème Régiment de marche de Tirailleurs Algériens (exemple présenté), les 22°, 39° , 110°, 163°, 206°, 217°, 221°, 227°, 252° Régiments d'Infanterie, les 50° , 69° Bataillons de Chasseurs, le 55° Régiment d'Artillerie, le 43° Régiment d'Infanterie Coloniale ... On remarque que les lignes à compléter sont pré-imprimées, notamment celle de l'unité (du ...) au dessous du nom du récipiendaire. Ce diplôme a donc eu une certaine diffusion et, si on examine les dates d'attribution (1916 et 1917), on constate qu'elles sont très précoces et bien antérieures au modèle "officiel" de l'association...

 

 

 

Diplome99

 

 

retour haut de page
Flecheretour2 Flecheretour3 Flechesuivant1
Flechehaut1

page précédente

distinctions non-officielles créées pour 1914

page suivante

Alliés Puissances Centrales Liens Pays neutres Accueil Nouveaux États Conséquences de la guerre Médailles de table