Banniere1
Alliés
Puissances Centrales Pays neutres Nouveaux États Conséquences de la guerre
Médailles de table

 

 

ArmesTchecoslovaquie

 

ArmesTchecoslovaquie1

 

 

 

 

Tchécoslovaquie

 

 

 

 

 

 

 

Médaille de la F.I.D.A.C.

(Fédération Interalliée des Anciens Combattants)

 

 

 

 

Un peu d'histoire...

 

La guerre n'étant pas encore terminée, des combattants envisagent déjà de se rassembler dans des associations. Celles-ci vont effectivement se multiplier dans l'immédiat après guerre... C'est un député français, Charles Bertrand, ancien combattant de la 1° Guerre mondiale (il est capitaine au 139° régiment d'Infanterie lorsque s'achève ce conflit au cours duquel il a été 4 fois blessé), qui a l'idée de regrouper les associations fondées dans les différents pays alliés au sein d'une fédération internationale ayant pour but de promouvoir la paix et de venir en aide aux mutilés et blessés de guerre. Déjà secrétaire général et futur président de l'UNC en France, Charles Bertrand fonde en novembre 1920 la Fédération Interalliée des Anciens Combattants (F.I.D.A.C.), dont il devient le premier président.Vont s'y affilier des associations d'anciens combattants de France (6 associations dont l'UNC et l'UF), de Belgique (FNC), du Royaume-Uni (British Empire Service League puis British Legion), des États-Unis (American Legion), d'Italie, de Serbie, de Roumanie (Unlunea Nationala a Fostilor Luptatori) et de Tchécoslovaquie (Association Druzina). Active dans les années 1920 et 1930, cette fédération se dote en 1925 d'une branche féminine pour les orphelins de guerre. La F.I.D.A.C. va tenir son premier congrès à Paris en 1923 au cours duquel est lancée l'idée de l'érection d'un monument interallié. En 1925, au congrès de Rome, c'est le site de Cointe, en Belgique, qui est choisi: entamés en 1928, les travaux s'achèveront en 1938.

Dans les années 1930, d'autres congrès se tiendront à Washington (1930), Prague (1931), Lisbonne (1932), Casablanca/Rabat (1933), Londres (1934), Bruxelles (1935), Varsovie (1936), Paris (1937), Bucarest (1938), mais la fédération n'aurait pas survécu à la 2° Guerre mondiale.

Lignedecorative
DiplomeFIDAC

Diplôme attribuée à un Tchèque. Adhérent en 1938, il s'agit là d'un duplicata délivré en 1952. Toutefois, il est quasi identique au diplôme délivré avant guerre, confirmant le siège de la Fédération à Paris.

La médaille

Cette médaille, en bronze patiné, se rencontre essentiellement en Tchécoslovaquie où les exemplaires comportent deux revers (avec ou sans les dates 1918-1919). Le lieu de fabrication est sujet à caution (Tchécoslovaquie?) car la maison Chobillon possédait des coins. Il existe cependant des variantes de fabrication (américaine, en bronze clair et dont le ruban est doté de la broche-attache classique; un modèle avec bélière à boule, ...).

FIDACA FIDACAbis Fidac11 Fidac22

Modèle le plus courant avec cartouche du revers daté.

Modèle le plus courant avec cartouche du revers sans date.

FIDAC3boucle FIDACA2

Variante avec bélière à anneau.

FIDACNY1 FIDACNY3 FIDACNY2

Cette médaille en argent aurait été donnée par le maire de New-York aux membres des différentes délégations (France, Grande-Bretagne, Roumanie, Pologne, Tchécoslovaquie, Belgique, Portugal, Yougoslavie) arrivées aux États-Unis, via le port de New-York, à bord du S.S. Lancastria, en septembre 1930, pour assister au 11ème congrès de la F.I.D.A.C. prévu à Washington. Chaque représentant a-t-il reçu une médaille? La question est sans réponse mais, sachant qu'ils n'étaient que 125, le nombre d'exemplaires de cette médaille doit être très limité...

retour haut de page
Flecheretour Flecheretour1 Flechesuivant
Flechehaut

page précédente

retour

page suivante

Alliés Puissances Centrales Liens Pays neutres Accueil Nouveaux États Conséquences de la guerre Médailles de table