Banniere1
Alliés
Puissances Centrales Pays neutres Nouveaux États Conséquences de la guerre
Médailles de table

 

 

ArmesTchecoslovaquie

 

ArmesTchecoslovaquie1

 

 

 

 

Tchécoslovaquie

 

 

 

 

 

 

 

Médaille de la Révolution Tchécoslovaque (Médaille Révolutionnaire)

 

 

 

 

Elle est créée à Paris en décembre 1918 pour honorer tous les Tchécoslovaques qui ont lutté pour libérer leur Nation et permis l'indépendance du nouvel État.

Dessinée par le sculpteur français Antoine Bourdelle, c'est une médaille de bronze plein ou creux (variantes de fabrication: au moins deux fabrications tchèques, une officielle des ateliers monétaires de Kremnice - Mincovna Kremnica -, la "Monnaie" tchécoslovaque, et une privée des Établissements Pichl déjà rencontrés pour l'Ordre Sokol, une fabrication française des Établissements Delande, plus légère et ayant un aspect doré). On retrouve aussi des variantes pour le ruban, plus ou moins épais (certains étant même d'assez mauvaise qualité) et avec une rayure centrale plus ou moins large.

DiplomemedailleRevolutionnaire

Son diplôme attribué en 1920 à un sergent de la Légion Tchécoslovaque en Russie.

MedailleRevB1 MedailleRevBbis1 MedailleRevA1 MedailleRevAbis1

Médaille Révolutionnaire, avers et revers.

Médaille Révolutionnaire (variante médaille et ruban), avers et revers.

MedailleRevargent1 TchecRevolutionnairedoree1

Médaille Révolutionnaire: curieux exemplaire en argent. Variante de ruban de médiocre qualité et au rouge assez pâle.

Médaille Révolutionnaire (variante dorée), dont le ruban est monté à l'envers (revers de la médaille présenté), cas rencontré plusieurs fois.

Détail de l'avers de la "Médaille Révolutionnaire"

(variantes de fabrication)

Revvariante3a Revvariante2a Revvariante7a

Exemplaire non-signé.

Revvariante1a

Exemplaire en argent.

Lignedecorative1a2

Les agrafes

Si la médaille n'est pas rare, une partie de son intérêt réside dans les agrafes que l'on peut rencontrer sur son ruban (article 6 du décret de création). Elles permettent de reconnaître le parcours de son récipiendaire à l'image de l'exemplaire en bronze doré présenté plus haut: il a d'abord appartenu à la Compagnie Tchéque (CD) formée en Russie en 1914 puis au 7ème Régiment de Fusiliers tchèques (7), toujours en Russie, où il participe à la bataille de Bachmac (Bachmac) et aux combats de Sibérie (Sibir). Son régiment a été cité à l'Ordre du Corps d'Armée ou de la Division (feuille de tilleul).

En voici la liste:

  • C.D. pour Ceska Druzina (Compagnie Tchèque), première unité de volontaires tchèques formée en Russie en 1914.
  • L.E. pour Légion Étrangère, rappel de la Compagnie "Nazdar" formée en France en 1914.
  • ZBOROV. Elle commémore la bataille qui a vu la victoire de la Division tchèque (1er, 2ème, 3ème et 4ème Régiments de Fusiliers) en juillet 1917.
  • BACHMAC. Elle commémore la percée des deux régiments (les 6° et 7°) et du bataillon d'assaut tchécoslovaques qui échappent ainsi à l'encerclement des forces austro-allemandes en Ukraine. Cela était vital puisque les autorités militaires austro-hongroises appliquaient la peine de mort aux prisonniers tchèques et slovaques combattant aux côtés des Alliés.
  • SIBIR. Elle commémore la lutte des forces tchécoslovaques en Sibérie.
  • ALSACE. Elle commémore la période durant laquelle, en 1918 (juillet-septembre), les 21ème et 22ème Régiments de Chasseurs tchécoslovaques se sont trouvés dans les Vosges, sur le front d'Alsace (près d'Aspach). Un troisième régiment (le 23ème) était en cours de formation lorsque l'armistice est signé.
  • DOSS'ALTO. Elle commémore la victoire remportée par la Légion Tchécoslovaque sur le front italien le 21 septembre 1918 (citation à l'ordre de l'armée italienne).
  • ARGONNE. Elle commémore les victoires de la 1ère brigade tchécoslovaque (21ème et 22ème régiments) à Terron et Vouziers en septembre 1918 (citation de cette brigade à l'ordre de la 4ème Armée française). Selon R. Mathis, si l'article 6 utilisait le mot ARGONNY (en tchèque), l'agrafe a été frappée en français; il existe toutefois des modèles avec l'inscription ARGONNY.

Il existe également une série d'agrafes portant des n° de régiments tchécoslovaques formés pendant la Première Guerre mondiale:

  • 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11 , 12 pour les régiments de la Légion tchécoslovaque de Russie.
  • 21, 22, 23 pour les régiments de l'Armée tchécoslovaque créée en France.
  • 31, 32, 33, 34, 35, 39 pour les régiments de la Légion tchécoslovaque d'Italie.

À cela vont s'ajouter les agrafes suivantes:

  • S pour Serbie, rappel des soldats tchécoslovaques de l'armée serbe, anciens soldats de l'armée autrichienne du général Potiorek. Ils ont d'abord surveillé la frontière avec la Bulgarie puis ont participé à la retraite vers l'Albanie et Corfou. Une partie d'entre eux combattra au sein de l'armée serbe sur le font d'Orient, une autre partie rejoindra l'Italie pour former la Légion Tchécoslovaque italienne. Cette agrafe sera également attribuée aux volontaires des deux divisions serbes formées à Odessa.
  • PERONNE. Elle est citée par V. Mericka et rappelle les combats des Tchécoslovaques de la Compagnie Nazdar dans ce secteur.
  • PIAVE. Également citée par V. Mericka pour les combats de 1918 en Italie.

On peut également trouver sur le ruban la feuille ou le rameau de feuilles de tilleul.

Lignedecorative1a1a

Ces agrafes présentent des variantes de fabrication.

Agrafes pour les troupes tchécoslovaques
AgrafeArgonne1a AgrafeArgonne2a AgrafeArgonne4a
AgrafeArgonny Agrafe21 Agrafe22 Agrafe23
AgrafeAlsace AgrafeAlsace2 AgrafeAlsace3
Agrafes pour les troupes tchécoslovaques
AgrafeBachmac2 AgrafeBachmac3 AgrafesnumerosRussie
AgrafeSborov AgrafeZborov2
AgrafeSibir2 AgrafeSibir AgrafeCD
Agrafe pour les troupes tchécoslovaques
AgrafeS
Agrafes pour les troupes tchécoslovaques
AgrafeDossalto AgrafeDossalto2 AgrafesnumerosItalie
retour haut de page
Flecheretour Flecheretour1 Flechesuivant
Flechehaut

page précédente

retour

page suivante

Alliés Puissances Centrales Liens Pays neutres Accueil Nouveaux États Conséquences de la guerre Médailles de table